Contrôle de la qualité de l’air

L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a chiffré en France à environ 28 000 le nombre de nouveaux cas annuel de maladies et à plus de 20 000 le nombre des décès liés aux polluants de l’air intérieur.

OQAIL’OQAI a été créé en 2001 pour le contrôle de la qualité de l’air et le confort dans les lieux de vie. Il est placé sous la tutelle des ministères en charge du Logement, de l’Environnement et de la Santé. Une convention entre ces trois ministères, l’ADEME, le CSTB et l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), a permis de financer ce programme.

Le contrôle de la qualité de l’air intérieur QAI a montré que certains polluants étaient systématiquement présents dans les logements. Il s’agit du formaldéhyde, des particules fines, ainsi que certains phtalates et hydrocarbures aromatiques polycycliques. Le résultat est alarmant car 10 % des logements sont multi-pollués. Ils présentent simultanément plusieurs polluants chimiques à des concentrations dangereuses pour la santé. Près d’un logement sur deux est contaminé par des moisissures, le plus souvent invisibles.

Dans les écoles, les mesures de qualité de l’air intérieur ont été complétées par des mesures de poussières, des mesures du plomb dans les peintures, de champs électromagnétiques, ainsi que des niveaux de bruit et d’éclairement.

Dans les bureaux, les premiers résultats disponibles montrent des concentrations intérieures globalement rassurantes, bien que le nombre de polluants trouvés soit important.

Le contrôle de la qualité de l’air : un enjeu important

La qualité de l’air fait donc l’objet d’une surveillance de plus en plus étroite de la part des pouvoirs publics. Les chefs d’entreprises prennent aussi leurs responsabilités en informant les occupants et en cherchant des solutions d’amélioration. Le contrôle de la qualité de l’air devient indispensable pour se prémunir de risque médicaux et juridiques.

D’autant plus que le Syndrome du Bâtiment Malsain (SBM) est de plus en plus répandu. Le SBM réduit de façon significative la qualité du travail et donc de la production.

Contrôle de la qualité de l’air intérieur QAI

ANAIS ENVIRONNEMENT réalise ce contrôle de la qualité de l’air. Mieux, des contrôles pluriannuels peuvent être planifiés pour informer les responsables de locaux professionnels ou ouverts au public. Des rapports simplifiés peuvent aussi être réalisés pour les particuliers soucieux de leur environnement de vie.

Valeurs guide / limite QAI

A ce jour, il faut distinguer les seuils réglementaires des valeurs limites conseillées par différentes instances.

Les seuils réglementaires de la QAI sont les suivants :

SubstanceValeur réglementaireAction à engagerRéférence
RadonMoins de 100 Bq/m³Il n'y a plus lieu de contrôler ce risque.Arrêté du 22 juillet 2004
Plus de 300 Bq/m³Des actions
correctives sont nécessaires.
Article CSP R1333-28
Monoxyde de Carbone (CO)Supérieure ou égale à 50 ppmLa situation met en évidence un danger grave et immédiat.Arrêté du 15 septembre 2009
Supérieure ou égale à 200 ppmMaux de tête, vertiges, nausées, fatigue.
Supérieure ou égale à 400 ppmMaux de tête intenses, danger de mort après 3 heures.
Amiante5 fibres/litre d'airDes travaux de retrait ou de confinement sont nécessaires.Article R1334-18
Formaldéhyde (HCHO)30 µg/m³ au 01/01/15
10 µg/m³ au 01/01/23
Valeurs guide.Décret nº 2015-1000 du 17 août 2015
Supérieure ou égale à 100 µg/m³Information du Prefet et investigations complémentaires.Décret n° 2012-14 du 5 janvier 2012
Benzène (COV)Supérieure ou égale à 10 µg/m³Information du Prefet et investigations complémentaires.Décret n° 2012-14 du 5 janvier 2012
Dioxyde de Carbone (CO²)Indice de confinement = 5 (Concentration moyenne > 2000 ppm)Information du Prefet et investigations complémentaires.
TétrachloroéthylèneConcentration moyenne > 1250 ppmInformation du Prefet et investigations complémentaires.

À défaut de valeurs de gestion, les résultats peuvent être mis en perspective avec les valeurs guides de qualité d’air intérieur (VGAI) développées par l’Afsset qui sont fondées exclusivement sur des critères sanitaires, et à défaut par l’Organisation mondiale de la santé ou les instituts de recherche ou de santé publique étrangers reconnus (US-Environmental Protection Agency, Santé-Canada…).

Et pour mieux comprendre les enjeux, consultez les pages d’information suivantes :

Enfin, pour comprendre ce que notre prestation peut vous apporter, prévoyez un contrôle de la qualité de l’air à l’intérieur de vos locaux. Prenez maintenant un rendez-vous avec un expert au 09.8008.5008.

image_pdfimage_print
%d blogueurs aiment cette page :