Archives par mot-clé : PM10

Les particules fines PM10 – PM2,5 – PM1

Les particules fines PM10, PM2.5 et plus petites encore…

Carte particules finesLes poussières ont une incidence non négligeable sur notre santé. Certaines sont si petites qu’elles peuvent atteindre notre système sanguin. Les conséquences ne sont pas toutes connues. Mais il apparaît clairement que certaines sont cancérigènes. Que faut-il faire pour préserver notre environnement immédiat ? Quels sont les outils dont nous disposons pour améliorer la qualité de l’air dans nos logements et lieux de travail ?

Une question de dimension

Les particules fines (PM) sont assimilables à ce que nous appelons des ‘poussières’. Ce sont des morceaux de métaux, de plastiques, de peintures… Ils sont si petits qu’ils en deviennent invisibles à l’œil nu. Ils sont par exemple parfois issus de la dégradation de matériaux sous l’effet de frottements, de fluctuation de température ou de la lumière (ultra-violet).

    • Un cheveux fin a une épaisseur d’environ 70µm (0,070 mm).
    • Les particules « PM10 » ont un diamètre de 10µm (0,010 mm).
    • Les « PM2.5 » ont un diamètre de 2,5µm (0,0025 mm).

Et il y en existe des plus fines… Voyez le graphique ci-dessous :

Taille des particules fines

Les particules fines sont si petites qu’elles se comportent comme un gaz. Une étude de l’INRS (Principes généraux de ventilation – prévention des risques professionnels), montre qu’elles sont si légères, qu’elles ont une énergie cinétique négligeable en comparaison avec l’air lui-même. Elles « n’ont pas la latitude de se mouvoir par elles-mêmes dans l’air ». Elles se déplacent donc uniquement au gré des courants d’air.

Cela a un inconvénient majeur : les particules fines ne tombent pas au sol, elles restent volatiles. De ce fait, elles sont inhalées à chaque inspiration.

Une question de pollution

Les particules les plus grosses (PM10 ou supérieures), sont filtrées par notre nez et les amygdales. Elles sont rapidement ressenties et génères des irritations (éternuements), voir des allergies. La pharyngite désigne alors l’inflammation des tissus du pharynx causée par une exposition à ses allergènes (ou des virus, ou des bactéries).

Notre corps a donc la capacité à filtrer les particules les plus grosses… mais pas les plus fines !

Les particules fines entrent dans les alvéoles pulmonaires. De là, elles pénètrent le reste de l’organisme par le système sanguin. C’est ainsi que certaines maladies s’expliquent.

Les sources de pollution en particules fines

Sources des particules finesEn France, les émissions de particules PM2,5 sont dues majoritairement aux émissions des résidences d’habitation et de l’activité tertiaire, suivies par celles de l’industrie manufacturière
et du transport routier.

En secteur résidentiel et tertiaire, c’est notamment le chauffage domestique et celui des entreprises qui est en cause.

Dans le domaine du transport routier, ce sont les anciens moteurs diesel sans filtre à particule qui sont en cause.

Quoi qu’il en soit, nous sommes tous concernés. Voyez cette source :

Pollution particules fines en France

Les seuils de pollution à contrôler

Seuils particules fines

Les solutions à envisager

Il y a plusieurs choses à faire pour réduire notre expositions aux particules fines. Le tableau ci-dessous, réalisé par le département Prévention du Pôle Santé publique et Soins de INCa :

Actions sanitaires particules fines

Les actions suivantes vous sont proposées par ANAIS-ENVIRONNEMENT :

1) Surveiller la qualité de l’air extérieur

Cette surveillance permettra de faire des choix judicieux, comme éviter de faire du sport les jours les plus pollués et ventiler son logement aux horaires les plus sains.

>> Contrôlez sur la carte ci-dessous, en bas de page, le sens du vent et les déplacements de poussières.

2) Filtrer l’air

Avant d’en arriver à la solution extrême qui consisterait à vivre avec un masque, il est possible d’obtenir de bons résultats en améliorant la qualité de l’air intérieur.

Pour plus d’informations sur les masque, nous vous recommandons le site commercial très documenté de SETON (https://www.seton.fr/epi-protection-respiratoire.html).

Pour filtrer l’air qui provient de l’extérieur, il suffit de mettre en place des filtres devant les entrées d’air.

– Les VMC double-flux sont toutes équipées de filtres. Il faut donc simplement penser à les changer 2 fois par an. Il est aussi possible d’utiliser la fonction « sur-ventilation » pour renouveler davantage d’air.

– Les VMC simple-flux font pénétrer l’air frais par des bouches situées généralement en haut des menuiseries. Bien que cela ne soit pas prévu, il est possible d’y placer un morceau de filtre. Mais attention alors au risque de diminution du débit d’air qui favoriserait l’apparition de moisissures, surtout si le taux d’humidité augmente dans le logement ! Il faut donc avoir suffisamment d’entrées d’air, avoir initialement un débit conséquent, et s’engager à entretenir toutes les bouches deux fois par an.

La VMC ne supprime pas complètement les poussières émises par l’environnement intérieur au logement (meubles, produits d’entretien et d’hygiène, cuisine…). Il faut donc prévoir une filtration de l’air intérieur. Pour cela, il existe deux méthodes :

– Les ventilateurs à filtre. L’air brassé passe par un ou plusieurs filtres qui sont à changer régulièrement.

– Les ioniseurs d’air. L’ionisation de l’air fait se coller les particules fines les unes aux autres par un phénomène d’électricité statique (imperceptible). En se réunissant à plusieurs, les particules fines deviennent plus lourdes et tombent au sol. Il n’y a donc plus de polluant dans l’air. Nous conseillons le système IONPUR (Ets MORIN 06/73056567).

3) Entretenir

Il faut évidemment aspirer régulièrement son logement avec un aspirateur pourvu d’un filtre HPA (absolu).

Contrôler la qualité de l’air intérieur

L’étape sans doute essentielle consiste à faire venir un expert pour contrôler l’ensemble du logement.

L’expert vérifiera la ventilation, les taux d’humidité, l’environnement… Il mesurera certains polluants… Enfin, il vous recommandera des solutions adaptées à votre logement (ou lieu de travail) et votre budget.

Appelez-nous au 09.8008.5008.

Carte interactive des mouvements d’air, des nuages et des polluants (Windy) :

Dans le menu, à la place du « Vent », choisissez « Concentration Co », puis « Poussières ».

image_pdfimage_print